Le mystère du désordre chez OpenAI

Lundi, les théories concernant le licenciement de Sam Altman de chez OpenAI ont été dissipées. Dans une publication sur les réseaux sociaux, le nouveau PDG par intérim, Emmett Shear, a déclaré que le conseil d’administration n’avait pas renvoyé Altman pour des désaccords spécifiques sur la sécurité. Cependant, Shear n’a pas fourni d’informations sur les raisons réelles du renvoi d’Altman.

Ilya Sutskever, membre du conseil d’administration d’OpenAI, a également nié que les inquiétudes concernant le manque de précaution d’Altman avec la technologie d’OpenAI aient été une raison de son licenciement. Près de 95 % des employés d’OpenAI ont signé une lettre menaçant de démissionner si Altman n’était pas réintégré.

Dans un autre post, Sutskever a exprimé ses regrets pour son rôle dans les actions du conseil d’administration, niant à nouveau qu’il ait eu de grandes préoccupations en matière de sécurité. Il a déclaré qu’il regrettait profondément sa participation aux actions du conseil et qu’il n’avait jamais eu l’intention de nuire à OpenAI.

Le mystère persiste sur les raisons du licenciement d’Altman. Même Satya Nadella, PDG de Microsoft, qui a investi plus de 10 milliards de dollars dans OpenAI, a déclaré ne pas être au courant des raisons du conseil d’administration d’agir contre Altman.

Avant son renvoi, Altman siégeait au conseil d’administration d’OpenAI aux côtés de Brockman, Sutskever, et de trois autres personnes : Adam D’Angelo, PDG de Quora, qui a son propre chatbot construit en partie sur la technologie d’OpenAI ; Tasha McCauley, PDG de GeoSim Systems ; et Helen Toner, experte en IA et en relations étrangères au Centre for Security and Emerging Technology de Georgetown.

OpenAI, créé par Altman et ses cofondateurs comme une contrepartie à but non lucratif aux laboratoires de développement d’IA des entreprises, a été transformé par Altman en une entreprise qui rivalise avec Google et d’autres géants non seulement sur le plan scientifique, mais aussi sur le marché. Ce mois-ci, Altman a organisé la première conférence de développeurs de l’entreprise, où il a annoncé une sorte d’app store pour les chatbots. À un moment donné, son conseil d’administration a apparemment vu des raisons de s’inquiéter et a décidé d’agir.

More from this stream

Recomended

Tendances RH 2024 : ça bouge !

Imaginez-vous à la...

La pénurie mondiale de diesel : les raisons derrière la crise

La demande croissante de diesel et les facteurs géopolitiques sont à l'origine de la pénurie mondiale.

Webmail : lequel choisir ?

Qu'est-ce qu'un webmail...